Ville.gouv.fr - Ministère de la Cohésion des territoires
Cliquez ici pour augmenter la taille du texte | Cliquez ici pour réduire la taille du texte | Cliquez ici pour la default taille du texte | imprimer la page Accédez à l'article en anglais
print
Principaux acteurs
#Tout sur la politique de la ville | 16/01/2017

Sous-préfet à la ville

Sous l’autorité du préfet de département, il est chargé d’organiser la coordination interministérielle locale sur la politique de la ville. Il doit également exercer une fonction de dialogue avec les collectivités territoriales
Consulter la liste des sous-préfets à la ville

Préfet délégué pour l’égalité des chances

Le préfet délégué pour l’égalité des chances assiste le préfet de département pour toutes les missions concourant à la coordination et à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de cohésion sociale, d’égalité des chances et de lutte contre les discriminations.
Consulter la liste des préfets délégués pour l’égalité des chances

Délégué du préfet

Rattaché au préfet de département, le délégué du préfet, dans les quartiers sensibles, est l’interlocuteur des acteurs locaux (collectivités, associations, bailleurs sociaux, chefs de projets locaux…). Il crée un lien direct entre l’État et les acteurs de terrain, coordonne l’action des services de l’État, et rend la politique de la ville plus efficace et plus lisible.

Délégué du Gouvernement

Placés sous l’autorité du préfet de département, les délégués du Gouvernement sont impliqués dans des quartiers de la politique de la ville qui nécessitent une présence particulièrement renforcée de l’État. Leur mission : mobiliser et coordonner les dispositifs publics autour d’actions menées de manière partenariale et adaptée aux caractéristiques du quartier. Ils interviennent, à titre expérimental, pendant un an (renouvelable une fois) dans onze agglomérations pour l’heure ; douze au final, après la prochaine désignation du délégué de Seine-Saint-Denis.
Consulter la liste des délégués du Gouvernement

Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru)

L’Anru est un établissement public industriel et commercial (épic), créé en 2004 pour financer la restructuration des quartiers en difficulté dans un objectif de mixité sociale et de développement durable. L’Agence permet de simplifier et d’accélérer les procédures en regroupant l’ensemble des financements du secteur. Elle globalise et pérennise les financements de l’État et des partenaires publics et privés engagés dans le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU).
En savoir plus

Établissement public d’insertion pour l’emploi (Épide)

L’Épide, placé sous la tutelle des ministères chargés de l’Emploi et de la Ville, accompagne les jeunes les plus en difficulté dans leur insertion sociale et professionnelle en leur proposant un internat. Il dispose de 18 centres répartis dans 11 des nouvelles régions. Il conjugue une formation civique et comportementale, une remise à niveau des fondamentaux scolaires et une orientation débouchant sur un projet professionnel.
En savoir plus

Établissement public national d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux (Épareca)

L’Éparéca déploie une forme originale et exceptionnelle d’intervention économique de l’État au profit des centres commerciaux dégradés, dans le cadre de la politique nationale de revitalisation des quartiers. En restructurant des équipements commerciaux, l’Épareca modifie les flux de circulation, instaure de nouvelles centralités et contribue ainsi à l’évolution des formes urbaines.
En savoir plus

Conseil national des villes (CNV)

Instance historique de la politique de la ville placée auprès du Premier ministre, le Conseil national des villes (CNV) concourt à la conception, à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique de la ville. Il intervient dans les domaines de l’habitat, du cadre de vie, de l’éducation, de la santé ou, encore, de la prévention de la délinquance ou de la lutte contre les discriminations.
En savoir plus

Observatoire national de la politique de la ville (ONPV)

En cohérence avec la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, et la nouvelle géographie prioritaire de la politique de la ville, l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) est devenu en 2014 l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV). Il est présidé par Jean Daubigny, préfet honoraire. Depuis 2003, l’Observatoire contribue à une meilleure connaissance des quartiers de la politique de la ville et à l’évaluation des politiques publiques menées en leur faveur. Tous les ans, il publie son rapport qui croise observation statistique et analyses thématiques.
En savoir plus

Centres de ressources régionaux

Répartis sur tout le territoire et organisés en réseau, 19 centres de ressources régionaux ont pour mission de faciliter et qualifier l’action des professionnels de la ville (chefs de projet, agents des services de l’État et des collectivités locales, agents d’organismes publics, élus locaux, responsables associatifs...). À cette fin, ils développent des outils permettant d’observer les territoires sensibles, d’analyser les pratiques mises en places, de débattre.
En savoir plus

Associations

Les associations nationales, ou « têtes de réseau », dont l’action est menée au profit des quartiers prioritaires de la politique de la ville et de leurs habitants, bénéficient du soutien du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.
En savoir plus

Urbact

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européen visant à encourager le développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le Feder (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est d’élaborer des solutions pour faire face aux grands enjeux urbains. Par la mise en réseau des villes européennes, le renforcement des compétences et la capitalisation des bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain, pour faire émerger des solutions durables intégrant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Faisant suite aux programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir le développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020. Dans la perspective du renforcement de la politique urbaine en 2014-2020, la Commission européenne a abondé le montant du Feder alloué au programme d’environ 40 % par rapport à la période précédente, soit plus de 74 millions d’euros. Le budget total d’Urbact III s’élève à 96 millions d’euros.

Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) est autorité de gestion du programme Urbact III et point de contact national Urbact pour les partenaires français.
En savoir plus